Skip to content

Adèle Pique-Nique

Ces temps-ci, je couds moins : mon placard est bien plein, je n’ai pas nécessairement ni l’envie ni le temps de coudre ou tricoter, donc j’ai sacrément ralenti la cadence. Et puis tout d’un coup, ces quinze derniers jours, ça m’a repris : j’ai cousu une Ursula que vous verrez bientôt, des pyjamas en jersey pour mes filles (inintéressants donc que je ne montrerai pas) et la robe qui nous préoccupe ici : une Adèle de République du Chiffon.

Adèle, je l’ai déjà cousue, en vichy aussi, pour Clémence, il y a deux ans au moment de sa sortie. A l’époque, j’étais moyennement convaincue de son potentiel sur les grandes personnes. Et puis finalement, lorsque j’ai passé commande de patrons chez République du Chiffon, je l’ai ajoutée au panier. Un peu me disant que c’était un modèle qui avait du succès, et que même si je ne la cousais jamais, il se revendrait bien en cas de « finalement, oué bof ». Un peu aussi en me disant que quitte à payer des frais de port, autant les rentabiliser.

Le patron a dormi dans mon meuble de couture pendant 2 mois, et tout d’un coup, je me suis dit après tout pourquoi pas en vichy aussi ? Le vichy j’ai toujours aimé ça, j’en porte, mes filles en portent, même mes draps sont en vichy (#voussaureztout). J’ai utilisé un coupon de 3m avec les carreaux de  2,5cm de côté, rouge framboise écrasée, acheté l’an dernier aux Coupons de Saint Pierre (sans trop me forcer pour tout tasser, les carreaux sont gros donc les raccords imposants, et je lutte contre le stock de chutes). Au départ je le pensais trop transparent pour ne pas doubler au moins le devant et les jupes, et finalement c’est très bien sans doublure.

Concernant la réalisation, rien de très très technique : c’est un tissu à raccord donc il faut y faire un peu attention, mais vu qu’il y a tous les pétales (pour lesquels je n’ai fait aucun raccord, je ne suis pas masochiste à ce point) et que c’est froncé, ce n’est pas nécessairement le truc le plus hardu du monde. Le plus long dans cette robe, c’est la coupe des fameux pétales : aucune marge de couture incluse sur un machin qui, a priori ne sera pas modifié par la couturière, je trouve ça cruel. Autant même si je n’aime pas ça, je peux comprendre les marges non incluses sur le vêtement en lui-même, là je trouve ça un peu abusé. Comme pour la coulisse de ceinture : vu que c’est un simple rectangle, pourquoi ne pas le faire directement au bon format ? Ou alors nous donner des mesures et couper directement comme dans un bon vieux Burda ? Bref, ça c’est la minute « j’ai passé deux heures à décalquer et ajouter ces fichues marges et ça m’a bien pris la tête ».

Ensuite il faut placer les pétales sur l’empiècement d’épaule : et là, on a deux malheureux repères, un pour le premier pétale, un pour le dernier, et on doit tout mesurer d’après un schéma dessiné sur le livret. Oui, bon pourquoi pas, mais j’ai eu beau relire mille fois, si je respecte la marque d’épaule du pétale n°6, bah ni le 1 ni le 11 ne tombent sur le trait. Soit. J’aime bien les modèles République du Chiffon, mais bon sang de bonsoir, un peu plus de repères et de crans sur les patrons, ça ne serait pas du luxe ! (comparez avec un Butterick ou un Vogue, c’est autre chose !). 

Une fois les pétales posés et assemblés, le reste de la robe, c’est du rapide : bandes de propreté aux aisselles et au col, boutonnage au dos (pas besoin de s’emm*** avec une fermeture éclair, youpi !). J’ai modifié la jupe pour que ce soient des rectangles d’1 m par 75 cm de long, pour obtenir une longueur sous le genou. Je n’ai pas mis les poches pour ne pas épaissir la silhouette au niveau des hanches et éviter des effets de transparence disgracieux avec les carreaux.

Et le bilan dans tout ça ? Et bien j’en suis ravie de ma robe. En la cousant j’avais peur de l’effet stégosaure des pétales (oui oui, moment madeleine de Proust, quand j’étais petite j’étais une dingue de dinosaures…), et finalement ça rend très bien. Même cherétendre aime, alors qu’en achetant le vichy à Paris l’an dernier il m’a dit d’un air désolé : « j’espère tu n’as pas l’intention de te faire des fringues avec ce truc ? »


Budget de la chose ? 30 € en tout (15 euros de patron, 15 euros de tissu, et pis c’est tout).

 

Published inCoutureCouture pour moi

4 Comments

  1. C’est bien la première fois que je trouve ce modèle joli! Le Vichy est une super idée et je trouve que les pétales rendent super bien avec ce tissu. C’est frais, printanier et original : moi j’adore! J’espère que tu vas beaucoup la porter car c’est une robe qui véhicule la joie de vivre.

  2. Chartres Chartres

    Beau modèle,belle réalisation mais, tout comme Nathalie, j’ai quelques difficultés à accepter le vichy pour les adultes!!!que veux-tu, j’ai porte des blouses Vichy au college ( bleu et blanc ,vert et blanc puis enfin rouge et blanc en 3 ème!!!!ceci explique peut-être cela ….

  3. Cadiou Cadiou

    Au final c’est une réussite. Tu as bien fait de supprimer les poches = bravo pour l’ensemble

  4. Nathalie Nathalie

    Personnellement, je reste moyennement convaincue de son effet sur les grandes personnes que sur les petites filles …. mais je traine quelques complexes de l’enfance dont je n’arrive pas à me débarrasser comme les cols ronds, les volants, les fronces, ….. alors je ne suis sans doute pas la personne la mieux placée!! Cela ne m’empêche pas d’admirer le travail sur les pétales … très chronophage, je n’en doute pas!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.