Skip to content

Bowline Sweater(s) ou la folie d’un mardi

L’inconvénient majeur d’avoir des enfants pour « matériel de travail », c’est qu’un enfant, ça tombe malade. Outre les vacances scolaires, qui sont le désespoir de tout orthophoniste libéral, le premier trimestre de l’année est un vrai cauchemar : rhumes, gastros et autres épisodes particulièrement glamour sont légion et il est très rare que mes journées de travail ne comportent pas au moins un absent de dernière minute. Que faire pendant ces pauses improvisées quand la paperasse est à jour et que le thé est servi ? Errer sur Internet bien sûr ! Et quand ces moments d’égarement numériques tombent pendant la saison de sortie des nouveaux patrons, c’est très mauvais pour le porte-monnaie.

C’est ainsi que je suis tombée sur la nouvelle collection Ahoy ! de Papercut, très « maritime ». J’habite loin de la mer, mais ça me parle : les rayures, le bleu, le blanc, le rouge… j’aime beaucoup l’ambiance et les couleurs utilisées. Sauf que cette année, problème : il faut trouver des choses qui soient gros bidon-compatibles. Même si le jean droit Starboard semble fort sympathique (mais sans les zips sur l’arrière-mollet) et que la Moana Dress est très seyante sur fille brindille, il faut savoir raison garder. Le Bowline Sweater m’a bien plu, car il promettait top confort et portabilité avec ou sans être humain miniature qui vous remue les entrailles.

Et pourquoi donc la folie d’un mardi ? Parce que j’ai craqué sur le patron en arrivant le matin alors qu’on me posait un lapin, que je l’ai imprimé, scotché et découpé à ma taille avant la fin de la journée de travail, que j’ai coupé mon tissu avant le dîner et qu’à 22h, j’enfilais le sweat pour l’essayage final. Si ça c’est pas de la folie l’efficacité !

Toujours dans mon « délire » #jedestockemestissus2016, j’ai utilisé une bonne grosse moitié d’un coupon de 3 m de jersey marinière commandé au printemps dernier aux Coupons de Saint Pierre. Le tissu est beau, mais peut-être un peu trop mou : il est élastique, mais ne reprend pas sa forme aussi bien qu’un jersey qui contient du spandex. Bref, j’avais tenté un Trop Top dans son jumeau bordeaux, et ce fût un échec cuisant : trop large de partout, encolure qui « dégueule »… je n’ai jamais compris d’où venait le problème, vu que la blogo toute entière encense ce patron. En tout cas je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose de ce coupon-là, et qu’il avait le tombé requis pour ne pas surcharger le jeu de plis sur l’épaule du Bowline.

Sweet Cécile-2

Oui, oui, c’est un sweat. Donc pas hyper flatteur pour la silhouette. Tant pis. Aux grands maux les grands remèdes.

Dire que la coupe du tissu fut chose aisée serait un gros mensonge. Déjà, le patron est conçu de telle sorte que le devant est coupé sur le tissu en une seule épaisseur. Logique, puisqu’il est asymétrique. Ceci dit ce n’est pas souvent que ça m’arrive, donc il a fallu faire ça à moitié vautrée sur le sol, la table étant trop étroite. Ensuite, le tissu est terriblement mou, les rayures sont dans le droit-fil mais celui-ci a du mal à rester en place, et enfin, il faut penser à CES FOUTUS RACCORDS DE RAYURES, qui m’ont obligée à découper toutes les pièces une à une. Longuet, sachant que le patron ne comporte pourtant que 6 pièces au total.

Sweet Cécile-9

Où l’on voit que 1) j’ai encore de la marge. Et 2) il faut que j’aille chez le coiffeur.

Raccords, qui ne sont pas parfaits à 100% mais qui sont très loin d’être ratés (le jeté de fleurs fait toujours du bien, rappelons-le).

Sweet Cécile-11

Une fois le bazar tout découpé, la réalisation de Bowline est très facile et plutôt rapide, surtout si vous ne faites pas comme moi, et que vous choisissez un tissu sans raccords. Mon seul regret est que la pince A (les détentrices du patron verront de quoi je parle) n’est pas physiquement tracée, on nous indique juste de « faire une pince ». On connaît la longueur approximative, mais pas sa largeur de départ. Arbitrairement, j’ai commencé à environ 1 cm du bord coupé, pour terminer à quelques mm à la fin de la découpe comme une pince classique.

Modifications apportées :

  • Allongement du buste de 10 cm, complètement inutile. Sans l’allongement je rentrais dedans même avec ma bedaine.
  • Taille S aux épaules, taille M en largeur, il est quand même « loose » donc j’aurais pu faire du S partout sans aucun souci, surtout avec mon tissu bien mou. J’ai d’ailleurs d’ores et déjà recoupé les surplus sur mon patron papier.

Sweet Cécile-15

Budget :

  • Patron Bowline Sweater de Papercut Patterns, version pdf, 12.56 €. Pas donné pour un patron pdf. Mais le papier, malgré ses frais de port gratuits, vient depuis la Nouvelle-Zélande donc met le temps pour arriver jusqu’à moi !
  • 1m60 de jersey marinière les coupons de Saint-Pierre, 7.50 €.
  • Fil du stock, mon bleu ciel n’était pas exactement identique mais aucune couture n’est apparente, alors je m’en fiche, pas grand chose.
  • TOTAL = une vingtaine d’euros. Pas mal et le modèle sera refait au moins une fois dans un jersey plus uni.

Temps passé ? Coupe du tissu, environ 45 minutes. Couture à proprement parler, maxi 1h50, et j’ai utilisé le point élastique de ma machine et pas ma surjeteuse de compétition (à part pour rendre les marges propres), car j’avais peur de faire du dégât sur le pli.

Satisfaction ? Je suis contente du col, je trouve que ça fait vraiment tout le charme du modèle, et qui rend le sweat intéressant (cette pièce est à la mode, mais je lui trouve un côté trop sport, dans sa version « normale »). Par contre je l’ai trop rallongé et je vais probablement donner un coup de ciseaux dans le bas pour lui redonner son look d’origine. Et je ferai la taille S partout le prochain coup, il est vraiment un peu beaucoup trop large en l’état, là. Et ce malgré mon gros bidon temporaire.


Published inCoutureCouture pour moi

14 Comments

  1. Nathalie Nathalie

    Pour le coup, je ne suis pas convaincue et ce pli me chiffonne… sans vouloir faire de jeu de mots!! Néanmoins, il doit être super confortable, ce qui est toujours un point notable surtout enceinte!!

  2. BGM59 BGM59

    Très chouette! Je l’avais déjà repéré….et je suis contente de voir qu’il rend très bien! Enfin un sweat original, féminin et très douillet…Bravo! ta réalisation est parfaite!

    • Oui, je le trouve effectivement plus féminin que ses collègues empruntés au vestiaire masculin… qui ne vont correctement qu’aux filles élancées et portant du 34 fillette…à mon humble avis. Ici ça passe, vu les circonstances, mais je préfère tout de même porter des choses cintrées à la taille ! 😀

  3. Si tu veux t’éviter les délais super long depuis le pays des Hobbit tu peux acheter les patrons papiers à la boutique de Fifi Jolipois à Toulouse (ou sur leur site internet).
    Félicitations pour les raccords (ils sont plus parfait que sur des marinières achetés chez le suédois….). Et ce sweat a l’air très confortable !

    • Ah tu crois qu’ils ont les patrons papier au moment de leur parution ? C’est vrai que depuis la Nouvelle-Zélande, ça fait une sacrée trotte ! Je crois bien avoir attendu dans les 3 semaines avant que ma Sigma n’arrive… à l’époque, elle n’existait pas en patron pdf !

  4. Je le trouve très sympa ce petit sweat, et la marinière, c’est une valeur sûr! C’est vrai qu’il à l’air un peu long, un coup de ciseaux et ce sera parfait. Et ton petit bidon est bien au chaud 🙂

    • Ah, ça, les rayures marinière… j’en ai une tripotée dans ma penderie. Et encore, je me suis calmée par rapport à une période. Je vais probablement le cisailler, je le trouve effectivement trop long !

  5. Mireille cadiou Mireille cadiou

    Bien réussi, mais quelle surjeteuse as tu? JE pensais que c’était l’engin adequat, pour ce genre de tissu. Bravo pour ton sweat de grossesse, au moins tu es dans le coup , bidon compatible
    Mc

    • Oui oui c’est l’engin parfait, mais comme je ne savais pas du tout où j’allais avec le pli, le fameux burrito, j’ai préféré jouer la sécurité. Et j’ai une Babylock Enlighten, c’est une vraie Rolls ! 😀

  6. Alexandra Alexandra

    Coucou Cécile, très joli sweat ! J’aime beaucoup la couleur et les rayures, je ne m’en lasse pas ! Le col féminise très très joliment ce haut ! Très bon choix du patron et des couleurs. Alexandra

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.