Skip to content

Le GROS projet

L’hiver dernier, je comptais me lancer dans un manteau pour moi (ce fut chose faite avec Chloé et Roger). Mais avant ça, Cherétendre et moi avions subitement réalisé qu’il n’avait plus de manteau de ville en stock. Après quelques rapides recherches sur Internet, il s’est avéré qu’un caban en laine coûte vite les yeux de la tête. Dans ma folie, j’ai donc dit à Môssieur :

(prendre l’intonation gonflée de fierté)

« Mais je vais te le coudre, ton manteau ! »

Hmmm. Entre ce moment de bravitude et la réalisation, il s’est passé quelques mois. Cherétendre a donc été forcé de traîner sa carcasse gelée tout l’hiver dernier en parka Décathlon. Pas glop. Honteuse et agacée des fournitures entassées dans le placard, j’ai profité de ma dernière semaine de congés d’été pour m’y mettre. Oui parce que je suis comme ça moi, j’adore coudre de la pure laine par 32 degrés à l’ombre.

Encore fallait-il trouver un patron de manteau qui soit « de mon niveau ». Comprendre par là que je me sens capable de coudre une telle pièce, pour peu qu’elle ne soit pas « à la sauce tailleur » : je ne voulais pas me lancer dans un truc digne de la confection d’une veste de costume, avec triplure complexe et points de bâti dans tous les sens. Surtout, je voulais éviter de me lancer avec un patron issu de magazine, pour cause d’explications trop laconiques. Bubu, c’est à toi que j’cause !

Veste et robe-36

Avertissement : le noir rend très mal en photo, et les traces blanches ne sont pas de la saleté, mais des gouttes de pluie !

J’ai donc soumis une sélection de deux modèles à Môssieur : le Goldstream Peacoat de Thread Theory (un caban un peu casual) et l’Albion de Colette Patterns (un duffle-coat). Cherétendre a choisi le premier, question de style général. J’avoue que son choix m’a grandement arrangée car le patron, quoique canadien, a des explications en anglais et en français. Même si je n’ai pas de problème avec la langue de Shakespeare, se lancer pour la première fois dans un manteau pour mâle avec des instructions en anglais, ça me paraissait téméraire.

Par simplicité, il s’agit de la vesrion pdf. 84 pages tout de même, mais 8 € seulement. L’avantage, c’est que comme c’est pour Môssieur, j’ai mis celui-ci à contribution pour la découpe des feuilles et l’assemblage. Cool, pour une fois que je ne fais pas ça toute seule…

Veste et robe-29

Pour la version, nous avons choisi la plus classique, avec bracelets de manches, épaulettes, sans capuche, sans pinces et avec surpiqûres à gogo. J’adore les surpiqûres. Maintenant que je gère la chemise, je dois avouer que mon moment préféré, c’est la surpiqûre des pièces de col et des poignets. C’est bête, mais je me sens « compétente » quand je le fais : ça fait propre et bien fini, j’aime ça. Pour ce manteau, j’ai été super gâtée : j’ai pu en mettre dans plein d’endroits, puis que j’en ai rajouté au coutures milieu dos, épaules, côté et dessus de manche. Outre le côté esthétique, elles sont utiles pour tenir à plat les marges de couture, qui avaient du mal à rester en place.

Ces fameuses marges, elles sont prévues dans le patron. Chouette, après une série de coutures issues de magazines (donc pour lesquelles il faut toujours passer un temps fou à ajouter des marges), ça repose. MAIS elles sont de 1,5 cm. En ligne droite ou presque, ce n’est pas gênant. Mais une manche montée avec des rentrés si « longs », ce n’est pas facile du tout, je préfère 1 cm. J’ai donc dû bâtir beaucoup. Tant pis, le résultat final en valait la chandelle.

Veste et robe-26

Suite à une prise de mesures en bonne et due forme, j’ai coupé la taille S. C’est parfait en carrure, mais je trouve les manches un poil courtes (ou alors Môssieur a des bras de gibbon, faut voir).

Les explications du modèles sont très bien faites et très détaillées. Je n’ai pas eu de souci de compréhension ou de montage, ça m’a paru limpide. Le patron conseille de faire une surpiqûre au bas des manches, à 1 cm. Mais pour le coup je trouve ça moins joli. Après les avoir mises, je les ai défaites ! Comme je n’avais pas lu les explications en entier avant de commencer, je n’ai pas ménagé de trou dans la doublure des manches et j’ai donc dû terminer la couture de l’ourlet du bas à la main. Pas grave, je suis un peu maso, j’aime bien coudre à la main ! La doublure est laissée volante. Comme elle est matelassée, elle est top épaisse pour être maintenue en place. Elle est donc ourlée séparément, puis on la laisse vivre sa vie et c’est très bien ainsi !

Veste et robe-44

Petit souci « mécanique » toutefois, ma machine a refusé de me faire des boutonnières. D’abord sur les bracelets de manches et les épaulettes. J’ai mis ça sur le compte de la quantité importante de rentrés de couture en ces endroits. Je me suis dit alors que je les coudrais directement. Et puis patatras, au moment ultime de l’ouvrage, quand on doit coudre les boutonnières devant, impossible. Les boutons choisis sont trop grands pour rentrer dans mon pied à boutonnières. Au final, je suis allée chez la couturière retoucheuse du quartier qui m’a fait ça avec sa Bernina millésimée. Elle a même cousu tous les boutons en prime ! (et ça c’est bon parce qu’entre ça les ourlets, ce ne sont pas les parties les plus passionnantes de la couture !). Comme on le voit sur certaines photos, elle a cousu un bouton de renfort sur le revers, je n’en voulais pas mais je n’ai pas pris le temps de découdre/recoudre avant les photos.

Veste et robe-32

Temps passé : Je ne vais pas raconter de craques, beaucoup. Découpage, scotchage, couture et finitions : trois jours. Autant dire que je suis ravie d’avoir fait ça pendant mes vacances et pas entre deux semaines de boulot, avec un monceau de peluches de laine partout entre-temps. A noter que la laine a taché le plastique blanc de ma machine à coudre, qui est maintenant d’une subtile couleur  beigeasse marron/rosé. 🙁

Fournitures :

  • 3 m de pure laine noire, Les Coupons de Saint Pierre (30 €)
  • 1 m de doublure matelassée (le mâle est du genre homo frigorificus), 13 € environ
  • 1 m de doublure acétate pour les manches et les poches, 6 €
  • 1 m 20 de Vliesline H200, 10 €
  • 16 boutons : 8 principaux (7+1 de rechange), 5 plus petits (4+1, même combat) en corozo, 7 petits boutons noirs ordinaires pour les renforts des gros boutons. Le tout de chez Francette, 16 €.
  • Patron : 8 €
  • boutonnières et couture des boutons par une pro : 20 €

TOTAL = 103 €. De loin mon projet le plus coûteux en temps, en sousous et en énergie. Mais je suis contente de moi. Le même style de caban chez Armor Lux chiffre dans les 300. Donc on s’en sort bien. J’espère qu’il sera soigneux avec et qu’il le gardera un moment !

Veste et robe-39

 

Published inCoutureCouture pour lui

33 Comments

  1. didier didier

    Bravo , quel goût et quel talent. Anne

  2. Bravo, ce manteau est magnifique.Tu peux être très fière de ton travail. Je suis super admirative!

  3. Holala, je suis impressionnée! Il est superbe, quel boulot de folie! J’avoue avoir acheté le patron, l’avoir sur mon ordi, et avoir proposé au mari d’un jour lui coudre un manteau. Bon il faut que je m’attaque à la chemise d’abord, mais pour cela il me faut du liberty de Londres. Il nous faut allé rà Londres avant, j’ai encore un peu de temps devant moi …
    Bref, ce manteau est top , bravo , bravo!

  4. Waou il est superbe !!! Tu as fait du super boulot !! J’espère que ton homme sera bien soigneux …

  5. Bon,je teste mon nouveau mail sur ton blog!
    Alors ce manteau, comment te dire… il est juste SUPERBE! Quel boulot! tu peux être fière!!! Bravo!
    Et sinon, pourquoi tu ne voulais pas de bouton de renfort?

    • Cecile Cecile

      Merci Amy ! Le bouton de renfort se voit sur le revers, je trouve que c’est plus joli quand on ne le voit pas… Mais à l’intérieur, sur le devant, ils sont indispensables !

  6. Annamoka Annamoka

    Sublime ! Moi aussi, j’adore faire les surpiqûres 😉 ça donne une finition incomparable !

    • Cecile Cecile

      Merci Annamoka ! Surpiquer, c’est le pied, sauf dans les tissus chargés dans lesquels on ne voit pas trop ce qu’on fait…

  7. theyellba theyellba

    Très belle réalisation bravo^^

    • Cecile Cecile

      Merci beaucoup !

  8. Et bien !!! Ce caban est magnifique. Je suppose que ton cherétendre n’a plus qu’à prendre la même intonation gonflée de fierté que toi et déclamer « c’est ma femme qui l’a fait ! ». Quelle réalisation ! Je veux bien croire que cela t’a pris beaucoup de temps. Tes finitions ont l’air parfaites ! Bravo, vraiment.

    • Cecile Cecile

      Merci Klervie ! Je ne sais pas trop s’il s’en vante… je vais lui demander 😉
      En tout cas, je n’en fait pas d’autres pour ses collègues, ça demande trop de travail. Et le prochain manteau, il va falloir qu’il attende au moins 4-5 ans avant que je m’y remette ! 😀

  9. alexandra alexandra

    J’imagine que ton mari doit non seulement être ravi de son manteau digne de ce nom et en plus très fier de sa femme car franchement il est super ce manteau !!! Bravo !!!!

    • Cecile Cecile

      Merci Alexandra ! Je crois qu’il est content en effet. Tellement qu’il lui manque des chemises neuves, je sens que je vais devoir y passer…

  10. Waouh… impressionnant ! c’est plus de la bricole à ce stade ! bravo Cécile pour cette belle réussite !

    • Cecile Cecile

      Merci Laurence ! J’avoue, je suis assez fière de moi (je crois que j’ai le droit).

  11. Oui bin moi jeveux le coudre mais je suis tellement lente qu’il me faudra 6 mois. Pas grave,je devais la faire déjà l’année dernière mais la masse de travail me fait froid dans le dos!

    • Cecile Cecile

      En fait une fois lancée ce n’est pas si terrible que ça. Mais j’avoue, malgré le défi que ça représente (j’aime les défis), coudre pour les autres c’est nettement moins agréable que de se faire plaisir à soi, égoïstement…
      La preuve, il est resté presque 10 mois à l’état de projet, avec tout de préparé, entre temps j’ai eu d’autres priorités, comme me coudre une ribambelle de robes, par exemple… 😉

  12. Un défi relevé haut la main! C’est vraiment un très joli manteau…

    • Cecile Cecile

      Merci Amélie ! (je ne fais pas d’erreur, c’est bien ça ?)

  13. Tu as été à la hauteur du défi ! Bravo !

    • Cecile Cecile

      Merci Gertrude ! (ça te va si je t’appelle par ton petit nom par ici 😉 ? )

      • Roze mousse Roze mousse

        Tu peux briser l’anonymat de Gertrude, pas de souci !

  14. Waouh ! Je suis admirative devant tant de boulot et de classe ! Il est vraiment superbe et n’a rien à envier à un manteau du commerce. Chapeau vraiment !

    • Cecile Cecile

      Merci Béatrice !

  15. Waaahh et bien ça valait le coup d’attendre !! Il est super ce manteau ! Tu peux être super fière de toi ^^

    • Cecile Cecile

      Merci ! J’avoue, ce manteau je ne me lasse pas de me dire : « je l’ai fait ! »

  16. Nathalie Nathalie

    Ca c’est un grand projet dans tous les sens du terme!! Pour les boutons, je me suis déjà fait avoir: le tissu qui bloque, les boutons trop grand, … Ceci dit, pour un tel projet, ce serait dommage de louper une boutonnière et le recours à une professionnelle me semble judicieux!!

    • Cecile Cecile

      Là les boutons ne rentraient même pas dans la « jauge » de mon pied de biche. Et ma machine est perfectionnée, mais tellement qu’elle ne fait pas les boutonnières manuelles ! Donc j’ai fait faire.

  17. Waouh !
    C’est exactement ce que mon homme rêve que je lui couse !
    Et je vais lui laisser le choix entre ces 2 patrons !
    En tout cas, bravo, il a tout d’un grand ce caban… entend par là qu’il n’a rien à envier à celui du commerce!

    • Cecile Cecile

      Merci beaucoup ! Je pense qu’on doit pouvoir trouver d’autres patrons indés ou autres, mais j’avoue ne pas avoir poussé les explorations très loin…

  18. Mazette, Cécile, tu m’épates.
    Vraiment.
    J’en reste sans voix, c’est dire !

    • Cecile Cecile

      Merci Anne ! Toi sans voix, c’est vrai que c’est assez rare pour être souligné ! 😛

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.