Skip to content

Chemisier Azur

Ce printemps, avant le grand confinement général, nous avons passé une petite semaine de vacances à Washington D.C. Et j’ai profité pour faire un tour des magasins de tissus locaux.

J’ai trouvé ce très joli plumetis pour un prix très décent (environ 8$ sans les taxes le yard de mémoire) chez Stitch Sew Shop à Alexandria, VA. J’en ai pris 2 yards et demi, le métrage recommandé pour une Archer, en me disant que ce serait assez pour à peu près n’importe quel modèle de chemise.

Et effectivement ça a été largement, puisque je vais avoir de quoi couper un petit haut en 6 ans pour ma grande dans le reste. J’ai juste remplacé le biais à couper dans le tissu par du biais de coton ordinaire du commerce.

Bon je fais la maligne, mais sans lunettes de maîtresse d’école je n’y vois rien du tout dans la vraie vie !

Ça faisait longtemps que je voulais me faire une chemise à col froufroutant ou plis religieuses. J’en ai une bleu clair trouvée chez & Other Stories il y a quelques temps mais elle accuse quelques signes de l’âge : boutons recouverts perdus, que j’ai dû remplacer par d’autres faute de boutons de rechange en nombre suffisant, usure due à la sueur (mon grand problème existentiel, j’ai dû essayer environ 30 déodorants différents sans réussir à résoudre ce souci de taches…). Bref, sous un pull elle passe encore bien mais telle quelle elle ne fait plus nette-nette.

Après enquête sur le sujet de la chemise/du top à col victorien, lecture de l’article de blog de Cornelia Dixit, j’ai jeté mon dévolu sur Azur. Avantage : elle s’ouvre devant, c’est une vraie chemise, et peut donc être portée déboutonnée pour casser le côté trop sage/trop rigide du col montant à volant. Et puis on peut l’enfiler sans aide (un détail pratique non négligeable).

Ce n’est pas mon premier patron Atelier Scammit, puisque j’ai déjà cousu deux Stockholm, deux Idylle et une jupe Novembre (mais taillée trop grande, je vais en refaire une à la taille en dessous, j’ai même déjà le tissu, je n’ai plus qu’à trouver la motivation). Le patron est pas mal fichu, il y a pleins de crans, ça ne taille pas mal puisque j’ai respecté strictement le tableau des tailles et qu’elle me va bien, voire un chouille grande (c’est du 40). Pour ce genre de modèle on apprécierait peut-être la mention de la mesure du tour de cou du vêtement fini, histoire de ne pas finir étranglée…
Deux points négatifs selon moi :
– les explications en photo ET bilingues je n’aime pas. Déjà parce que c’est pas clair, surtout quand le modèle montré est fait en tissu à fleurs. Et puis c’est un pdf, ça ne coûte que quelques octets supplémentaires de faire un livret en français, un autre en anglais (je n’imprime pas mes livrets je les regarde directement à l’écran). Tout ça pourrait être plus clair assez facilement : des schémas, même en noir et blanc, et une seule langue à la fois, par pitié, les photos, les textes super denses de 2 couleurs, c’est pas hyper agréable. Alors oui d’accord, il y a aussi une vidéo en ligne, disponible d’ailleurs sans acheter le patron, pour les explications, mais clairement ça rallonge la manoeuvre. Bref, j’ai monté ma chemise comme une Archer, sans trop lire le mode d’emploi.
– c’est un petit détail mais la plupart des patrons ont 2 crans pour indiquer le côté dos (notamment au niveau de l’assemblage des manches). Ici c’est l’inverse, les 2 crans sont sur le devant. Résultat j’ai monté mes manches à l’envers et j’ai dû tout découdre… le seum comme on dit.

Bref, au final il m’a fallu environ une journée pour en venir à bout, j’ai cousu lentement, je me suis plantée sur les manches et j’ai étalé ça sur deux weekends. Mais j’en suis bien contente, elle fait bien le job de chemise blanche de printemps. Les petits poignets froufroutant dépassent joliment des manches de mes pulls et gilets, c’est mignon. Et je n’ai pas dépensé « un pognon de dingue » pour citer Manu, puisqu’en tout je pense que le coût doit avoisiner les 30$ (bonne surprise, je ne paie pas de taxes sur les patrons achetés sur des sites européens, on n’y est pas soumis ici !).

Dans les restes, j’ai cousu une Mini Suzon de République du Chiffon pour ma grande enfant pas si sage… (et passablement édentée ces derniers temps). Il faudra attendre les chaleurs pour la voir, c’est vraiment encore trop glacial pour porter ce genre petit haut ici ! Le printemps ressenti commence rarement avant Victoria Day, soit le 17 mai cette année… Le Canada c’est 6 mois d’hiver, quand on croit que le printemps arrive, il neige le lendemain. Drôle de sensation !

Published inCouture

4 Comments

  1. Voilà un corsage très chic et classe. Très belle réalisation !

  2. Chartres Chartres

    Je viens de vérifier…pour azur, Il y a toutes les explications ( montage des cols etc…)

    • Cecile Cecile

      J’ai vu mais je n’aime pas les explications vidéos… Moins facile pour trouver ce qu’on cherche, et puis comme je suis une très grande auditrice de podcasts pendant que je couds, ça me dérange de m’interrompre pour écouter une vidéo… 😛
      Mais je conçois que ça puisse être apprécié. Moi je ne suis pas fan !

  3. Chartres Chartres

    Très chic ! Elle semble tomber parfaitement. Pour ce qui est du patron, cette marque propose des tutos internet qui sont remarquablement bien faits puisque la créatrice y réalise les différents modèles. Je ne sais pas pour cette chemise, je ne l’ai pas encore réalisée . Il est vrai que les explications papier ne sont pas toujours claires. Vérifie sue le net. Elle donne l’adresse. J’espère que ton printemps canadien va très vite arriver !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.