Skip to content

Le chemisier tressé sauce Burda

Ah ! De la couture pour adulte en pagaille ! Ça faisait un petit moment.. Et même pas pour une baleine ! Chouette ! Comme je le disais dans un article précédent, depuis 2016 je suis globalement déçue des sorties de indépendants (trop nombreux, trop « pas mon style » ou trop « banal je trouve la même chose chez un historique ou un numéro de Burda »… bref, pas l’amour fou). Au printemps je me suis donc abonnée au dit Burda, pour un an, en me disant que je trouve presque toujours au moins un patron à coudre dans le numéro, et que ça constituerait un bon « fond de patrons ». Quitte à me séparer des numéros qui ne me plaisent pas.

Et dans le numéro de Juillet 2016, entre autres projets qui me font de l’œil, je suis tombée sur ce chemisier sans col, manches tombantes, avec le jeu de tressage devant (numéro 114).

[NdlR : les photos ont été prise après une bonne douche post-séance de jardinage, et j’avais une flemme aiguë de me coiffer et de me maquiller, donc vous ne verrez pas ma tête, pour une fois !]

sans-titre-4
Lors de mon craquage sur le jacquard jaune Pretty Mercerie qui m’a servi à me coudre une Bernadette, il me manquait quelques euros pour obtenir la livraison gratuite de mon colis. J’ai donc ajouté 1m50 de cotonnade rayée bleu/blanc dans l’idée de faire une robe à Clémence pour l’été prochain. Depuis, j’ai cousu plein de choses pour elle, et fait les soldes chez Petit Bateau (et môman a un peu craqué son slip chez Jacadi aussi) donc le projet robe n’était plus tout à fait à l’ordre du jour. Banco, c’était le tissu parfait pour le fameux chemisier Burdesque.  Ce chemisier il m’intriguait beaucoup, car je me demandais comment le devant était conçu. Et puisque sans pinces, il était le projet idéal « post-bébé-et-bar-à-lait-compatible ».

sans-titre-6

sans-titre-5

Pour pallier une augmentation mammaire temporaire, j’ai relevé la taille 40 (alors que chez Bubu je fais du 38). Le patron comporte peu de pièces, mais il n’est pas simple. Comme je n’ai trouvé nulle part de réalisations, voici mes impressions :

  • Les bandes qui forment le tressage font toutes 4 cm de large, quelle que soit la taille choisie. Sur du 36, j’imagine qu’on obtient le tressage assez serré vu chez dame Bubu. Sur un 40, il faudrait élargir les pièces de patrons a et b de telle sorte que la bande pliée fasse plutôt 4.2 cm de large : sur ma version, on obtient un tressage un poil trop lâche. Idem avec la bande la plus près du col. Chez Bubu, j’imagine que le mannequin porte le 36 donc il y a assez de bandes. Sur le 40, il manquerait peut-être une bande horizontale de plus.
  • Le magazine fait bâtir les bandes sur du Soluvlies, un thermocollant soluble à l’eau. Je n’en ai pas trouvé près de chez moi donc j’ai tout cousu sur du papier de soie puis déchiré ledit papier, mais c’est très galère surtout quand on a surjeté le papier, pas le choix et je ne saurais que trop vous recommander d’utiliser le matériel préconisé. En effet, au début de l’assemblage, le plastron tressé ne tient aux devants que par les bandes horizontales et le Soluvlies. Donc c’est plutôt périlleux à manipuler et le thermocollant soluble me paraît être une excellente solution.
  • L’angle pas vraiment droit ni vraiment rond de l’empiècement n’est pas facile à gérer, et surtout avec mon maudit papier de soie et les marges de 1,5 cm (pour le coup, travailler avec moins me paraît dangereux, alors que j’ai tendance à préférer les marges de 1 cm voire 0,7 cm). Il y a donc des micro-plis  dans l’angle, j’ai fait ce que j’ai pu.
  • Les explications de la patte de boutonnage cachée sont incompréhensibles. Et je n’ai aucun patron indépendant dans mon stock avec patte de boutonnage cachée, donc je n’ai pas pu me raccrocher aux branches. Les boutons sont donc visibles, na. Après sondage, ils sont nacrés (j’ai hésité avec des boutons de bottines métalliques mais ils étaient un poil gros, et des petites bouboules bleu foncé de mon stock, mais finalement j’ai choisi du simple).

sans-titre-11

  • sans-titre-2

Bref, les 2 points et demi de difficulté annoncés me paraissent assez sous-estimés. Ce chemisier n’est pas vraiment accessible aux débutants.

Temps passé ? Relevé, coupe du tissu, et réalisation, environ 6-7 h.

Budget

  • 1m50 de coton rayé « Bleu marina » Pretty Mercerie, 16.50 €.
  • patron issu du Burda de Juillet 2016, 6 € le magazine (au moins une robe et une jupe vont y passer aussi, voire un short : un très bon numéro !)
  • TOTAL environ 20 €, amortissement du magazine inclus.

Satisfaction ? Plutôt bonne. Je suis contente d’avoir vaincu une pièce technique, et le chemisier est confortable. Par contre je trouve qu’il est vraiment très ras du cou et que le tressage manque un peu de précision, la faute aux bandes un peu trop étroites à mon avis pour la taille 40. Pour le côté « facilité à l’allaitement », on repassera. En effet, les pattes de boutonnages enserrent le tressage donc sont très épaisses, et j’ai oublié d’ajouter un peu de mou sur mon pied à boutonnières automatiques : ça s’ouvre, mais pas vite et pendant ce temps le vermisseau vagit à plein poumons. Et ce ce n’est pas le genre pièce dont on peut avoir plusieurs exemplaires. « Refaisabilité » = 0 ! J’ajouterai que les emmanchures sont vraiment basses (mais ça, ça ne me pose pas de souci) et que du coup les manches courtes sont plutôt longues… ça plus le ras du cou, je préfère les retrousser un peu pour éviter d’avoir l’air de sortir tout droit des années 80.

sans-titre-9

Published inCoutureCouture pour moi

15 Comments

  1. Bravo ! cet empiècement tressé est de toute beauté mais perso je ne suis pas fan des manches tombantes, je verrais bien juste un petit revers à la place de la manche…

  2. Merci pour tes explications et tes précisions concernant ce patron. J’ai flashé dessus aussi mais je ne suis pas très chemise… Peut être que sans les manches, re-ceintré et avec le dos plus long que le devant il me plairait… bref ce n’est pas fait! En tout cas ta version me donne quand même envie de me lancer!

  3. Ohlala je suis contente de tomber sur ton article! C’est un modèle qui m’avait complètement fait craquer dans le numéro Burda de juillet et ni une ni deux j’étais partie acheter du tissu en boutique pour le confectionner! Sauf que voilà, je ne suis sûrement pas aussi expérimentée que toi, ca a déjà été un pur casse tête pour reproduire le patron sur du papier, et du coup, je me suis dit que je coudrai ce projet un peu plus tard… ton article me confirme donc que le niveau de difficulté est un poil trop élevé pour moi. Il va falloir que je patiente un peu! C’est rien, l’attente a du bon aussi… je trouve ta version très jolie en tout cas. Bravo!

  4. Superbe travail. J’aime beaucoup le tressage, je le verrais bien avec de vraies emmanchures. Bravo

  5. Bravo, tu as été bien courageuse de te lancer dans ce tressage, c’est une belle réussite.

  6. Bravo pour cette réalisation ! Il me faisait de l’oeil, mais pas du tout le courage de me lancer (un jour peut-être ^^).

  7. C’est très joli et original ! ça doit faire un peu mal a la tête ^^

  8. Honnêtement bravo, je l’avais vu dans ce numéro de burda et je me disais que ça devait être drôlement compliqué même si 2,5 de difficulté (mon œil vu en plus le niveau d’explications dans burda). Franchement ton chemisier est super joli et de surcroît original !!!

  9. Ce tressage est superbe !

  10. marie87 marie87

    je salue le courage d’avoir réalisé cette belle pièce, peut être un bémol pour les épaules tombantes mais si c’est voulu c’est différent.
    par contre qqch me fait bcp rire : les 2 plis sur la manche droite, il s’agit de ma signature sur tous les t shirts de mon homme côté gauche, je me sens moins seule;
    sans rire, c’est un beau travail surtout avec des explications obscures
    bises

  11. Très original, j’adore le tressage. Respect pour l’avoir réussi avec les instructions burdesques^^

  12. Ta critique est très eclairante. Je suis d’accord aussi en ce qui concerne la plupart des patrons indépendants (français ) pourquoi payer 15 euros et plus pour quelquechose que l’on retrouve partout. J’aime quand même bien ce que fait République du Chiffon mais je n’ai pas encore essayé. Les patrons Burda pêchent un peu côté explications mais difficile de faire plus précis dans le patronage. Peut-être un peu sophistiqué pour tous les jours. Je suis en train de tester le pyjama Carolyn de la marque canadienne Closet Case et je suis plutôt emballée. Pour en revenir à ton chemisier merci pour la critique. J’hésite entre la version chemisier ou la robe. Je pense que le chemisier se portera plus. J’ai acheté le soluvlies et même l’entoilage pour la ceinture de la robe. Affaire à suivre. Pour les manches c’est vrai que dur le magazine je préfère la version avec les marchés roulées. J’ai aussi un peu peur de l’encolure fermée peu flatteuse pour les über poitrine comme la mienne. Pourtant je tiens à ce modèle en raison de son plastron.

  13. Tu peux etre fière de ta réalisation! Très Zolie

  14. Rhôo j’adore toute cette technicité de tressage ! (PS : pour le soluvlies, il y en a chez 36 bobines…)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.