Skip to content

Have you met…. Ingrid ?

Ah Ingrid, je suis in love ! Ingrid, c’est ma nouvelle machine à coudre, un cadeau d’anniversaire anticipé de l’Homme (très anticipé, puisque je suis du mois d’août !). Pfaff étant une marque allemande, je lui ai choisi un petit nom bien germanique.

Livrée un vendredi après un mail d’avis d’expédition datant du lundi, elle a su se faire désirer, la bougresse !

Il s’agit donc de la Pfaff Ambition Essential. Bon, j’ai choisi avec l’Homme parce qu’il n’y connaît rien, mais quel merveilleux engin ! (oui oui cet article va être le festival du point d’exclamation).

Let me introduce my new toy !

Ca faisait un moment que l’idée/l’envie d’avoir ma propre BELLE machine à coudre rien qu’à moi me trottait dans la tête. J’ai reçu ma toute première à un Noël, je crois que je devais avoir 19 ans. C’était une Singer plus basique-tu meurs, mais avec laquelle j’ai quand même fait plein de trucs. Mais à la longue le fil de canette faisait des tonnes de boucles sous le tissu, malgré des nettoyages scrupuleux et des tentatives de réglages maison. Quand j’ai voulu la faire réviser, le vendeur du magasin m’a ri au nez : la révision aurait coûté plus cher que la machine ! Bref, elle fonctionne encore (quand elle a décidé), mais est remisée au fin fond du placard.

Une comme ça, mais sans la déco, basique, je vous dis !

Ensuite ma môman, qui n’avait pas cousu depuis un moment, m’a prêté la sienne : une Futura 4000, une Singer aussi. Une sacrée montée en puissance pour moi : même si elle date de 1993, elle est électronique, fait les boutonnières automatiques et plein de points différents. Mais voilà, ce n’est pas la mienne…

Un peu datée, on a du mal à trouver une photo sur le net, je l’ai trouvée sur ce blog : http://lilibazart.canalblog.com/

Donc j’ai maintenant mon jouet rien qu’à moi (et qu’on se le dise, je ne le prête pas). Dans mon idée en achetant une machine neuve, je voulais qu’elle fasse au moins autant de chose que la Singer maternelle, avec le point élastique en plus (j’imagine que la couturière amatrice ne faisait pas tellement de tee-shirts au milieu des années 1990). Et je ne voulais pas transiger sur ces quelques points :

  • boutonnière automatique (celle en 4 temps c’est vraiment affreusement irrégulier et galère à faire)
  • enfile-aiguille (bigleuse oblige, moins j’enfile mieux je me porte)
  • chargement de la canette à l’horizontale avec couvercle transparent (parce qu’il n’y a rien de plus rageant que de refaire la couture la plus délicate du vêtement car on est tombé en panne de fil à cet instant précis)
  • vrai couvercle en plastique costaud, vu le prix moyen d’une MAC électronique, je trouve ça nul de ne pas offrir ce service.

L’Homme a donc profité d’une vente Pfaff sur un site de ventes privées très connu, et maintenant j’ai ça :

pfaff

Outre tous les points évoqués plus haut, les vrais plus de la machine sont :

  • la régularité parfaite des points.
  • le double entraînement, c’est magique (le fameux système IDT).
  • l’éclairage LED, c’est super : j’ai cousu le soir tard samedi, sans avoir besoin de déménager toutes les lampes de l’appartement autour de la machine. Et les lampes sont positionnées de telle façon que le pied ne fait aucune ombre sur l’ouvrage.
  • le large espace de travail à droite, en cousant ma Mythique je n’ai jamais été gênée par des bourrelets de tissu coincés entre le pied et le bloc de droite…très pratique pour les surpiqûres.
  • le point d’arrêt automatique, quel bonheur ! On appuie sur un bouton et la machine fait toute seule un point spécial au début et à la fin de chaque couture, beaucoup plus propre qu’une marche arrière traditionnelle.
  • le choix entre aiguille levée ou aiguille baissée lorsqu’on arrête d’appuyer sur la pédale, bien pratique pour les coutures délicates.
  • la position centrale de l’aiguille, qui me change beaucoup de la position de base de la Futura, toujours à gauche et sans plaque graduée en inches (la Pfaff fait les deux graduations et ce de chaque côté du pied, qui est – bonus – en partie transparent et comportant deux marques à 2 mm de l’aiguille, youpi !)
  • la séquence de points beaucoup plus facile à gérer que sur la Futura (avec laquelle il faut quand même être gentille, on ne tire pas sur les ambulances) : nickel pour les alphabets qui ne me serviront pas tellement hors l’indication de la taille du vêtement dans la doublure. Mais je compte bien m’amuser avec les points décoratifs pour les ourlets des jupes/robes de fillette.
  • les grands espaces de rangement pour les pieds, les canettes, le porte-bobine, le découd-vite…
  • son silence relatif : je n’ai plus l’impression de travailler au fin fond d’un atelier de confection chinois !

Le seul point négatif de la bête, c’est la trop petite longueur du câble d’alimentation. Rallonge obligatoire pour éviter le saut d’obstacles !

Je n’ai pas fait de photos potables mais pour l’aspect extérieur de la bête, je vous recommande cet article. Le design est sensiblement le même, mais l’Expression est plus chère : compter 600 € en moyenne sur internet pour l’Ambition, et environ le double pour l’Expression.

Voilà pour les présentations, Ingrid et moi, nous avons encore plein de choses à faire, à bientôt !

Published inCoutureDivers

Be First to Comment

  1. Isa Isa

    Nous avons le même fournisseur et depuis son arrivée, je teste ma machine et toutes ses foctions. Mon ancienne machine était aussi une Singer avec 5 points…qu’elle difference! Par contre, je ne comprends pas comment fonctionne les points Overlock et surfilage standard car la machine affiche le pied de biche 3, et la ce pied je ne l’ai pas et je ne le trouve pas sur le site Pfaff. Auriez vous une explication à me donner ou bien j’ai loupé un truc? merci d’avance et bonne journée.

    • Bonjour Isa,

      J’avoue ne pas du tout m’être penchée sur le point de surjet ni l’overlock car je suis l’heureuse propriétaire d’une surjeteuse…
      Le surfilage standard au sens strict est à mon avis un zigzag au bord de chaque pièce.
      Pour du surjet plus élaboré, il vous faut acquérir un pied spécial surjet, qui fait un « zigzag » adapté (on est loin des deux aiguilles et des deux boucleurs d’une surjeteuse) et « rase » en même temps le tissu pour éliminer les petits fils qui dépassent. Ce pied n’est pas inclus à la base avec la machine (et c’est rarement le cas, même chez les autres constructeurs).

      J’ai acheté des pieds complémentaires (zip invisible, indispensable, passepoil, confortable) au Comptoir Phocéen de la Machine à Coudre. Je n’habite pas Marseille mais ils livrent partout en France et ont un très très large choix de pieds Pfaff. On peut facilement leur téléphoner pour leur demander les compatibilités entre pieds et machines et ils ont un site internet pas trop labyrinthique.
      On trouve également sur le site officiel de Pfaff le catalogue complet des accessoires pour machines à coudre, en téléchargement. Evidemment exhaustif, il est très bien fait et donne envie de dépenser plein de sous pour se faciliter la vie !

      Bonne couture,

      Cécile

      • Isa Isa

        Merci pour votre réponse, je vais voir avec le comptoir Phocéen si je trouve mon bonheur.

  2. J’ai la meme depuis un an et j’apprécie toujours autant son confort d’utilisation et toutes ces fonctionnalités. J’envisage d’acheter la table d’extension qui doit etre bien pratique.
    A bientot Cécile

    • Bonjour Roze Mousse !
      En plus de ma Mythique, je m’en suis déjà resservie plusieurs fois (quelques articles à venir) et en effet j’adore. Je lis également de bon commentaires sur l’Expression mais franchement, je me demande ce qui justifie l’écart de prix.
      A bientôt !
      (dis je profite de l’occasion, tu sais où on peut se procurer des canettes Pfaff sur Stras ?)

    • Merci ! Elle n’a déjà pas chômé. C’est simple, je n’ai pas d’atelier mais depuis que je l’ai reçue elle n’a pas quitté la table de la salle à manger… 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.