Lapin à la moutarde - Cécile bricole Skip to content

Lapin à la moutarde

Pfiou presque 3 mois sans rien poster ici… il faut dire aussi que je couds moins qu’avant, et que surtout, j’ai une flemme aiguë de me faire tirer le portrait.

Aujourd’hui, c’est le tour de Simone, prise en photo ce matin tout juste avant de partir. Et pourquoi lapin ? Parce qu’avec ces fichues vacances scolaires, j’ai eu 2h à tuer ce matin, car les gens trouvent que c’est bien plus cool de ne rien faire que de venir honorer leur consultation. Bref. J’en ai marre du lapin, ça permet d’écrire sur le blog, mais c’est tout de même rageant.

Cette année, j’ai peu fait les soldes. Pas envie. Garde-robe bien remplie, je ne manque de rien véritablement, overdose de mails publicitaires, de flux Instagram… au final tout ça finit par me dégoûter plus que de susciter une envie chez moi. D’ailleurs il n’y a pas qu’avec les publicités que c’est le trop-plein : trop de patrons, trop de posts sponsorisés qui ne disent pas leur nom, trop de photos pas naturelles mais super « instagrammables », etc etc. Il y a trois semaines environ j’ai fait un tri drastique dans mes mails, en me désabonnant de toutes les newsletters automatiques qu’on reçoit chaque jour par dizaines. Et ça fait un bien fou. Déjà ça débroussaille sérieusement la lecture de la boîte mail, et surtout ça fait du bien à la planète (oui oui, pour stocker tous vos spams dans le Cloud, il faut en faire chauffer des serveurs…)

Bref, revenons à Simone. Un peu par hasard, je suis tombée sur une photo d’un modèle de robe Sessùn. Ils font des jolies choses, chez Sessùn, mais pas franchement données et dans ce cas-là, plutôt facile à imiter. Un petit sondage plus tard, il s’avère que le modèle est effectivement assez proche de Simone de Louis Antoinette, une marque de patron que je n’ai jamais vraiment cousue, après avoir pourtant téléchargé leurs deux patrons offerts au moment du concours « Hack la mode ».

Par flemme de faire une toile, j’ai fait le patron original sans modification (puisqu’après tout l’inspiration c’était « robe chemise rayée longueur mi-mollet vaguement 70s »). Je l’ai cousue dans une popeline rayée moutarde de chez Pretty Mercerie, commandée exprès pour l’occasion. Après prise des mesures en règle, j’ai fait du 40 mais le 38 aurait suffit. J’ai même poussé le vice en ne relevant pas les pièces de la patte de boutonnage ni des jupes. Ce sont des rectangles, un coup de règle ça va aussi vite que de se farcir le relevé… (d’ailleurs après moult coutures République du Chiffon, qu’est-ce que ça fait du bien de ne pas avoir à ajouter les marges, bonheur !).

 

Les triangles qui permettent de fermer le buste et la patte de boutonnage sont cousus avec les rayures positionnées horizontalement. Déjà parce que ça s’y prête bien, on peut s’amuser avec le sens des rayures, et ensuite parce que faire des raccords sur la patte de boutonnage, c’est bien pénible.

Pas de difficulté au montage, c’est vraiment un patron facile, accessible à un débutant motivé je pense. A mon goût, les explications sont mêmes trop fournies (pas au point des patrons Ivanne S., mais  c’est un peu trop bavard à mon sens). Comme j’étais en mode flemme, j’ai même cousu tous les boutons à la machine. J’avais jamais vraiment osé, et en vrai c’est magique ! A la main j’aurais mis au moins le double de temps. Je referai, ça c’est sûr !

Les finitions sont plutôt très propres, même si j’ajouterais un mini ourlet ou un peu de biais pour finir l’intérieur des « manches » (difficile à expliquer sans avoir vu le patron). Là c’est juste replié une fois vers l’intérieur. On ne voit rien, mais ça titille mon côté maniaque.

Temps passé ? Environ 5h (soit 1h de moins que ce qu’annoncé sur le patron).

Budget ? 3 mètres de popeline pour 40,50€ (inexplicablement plus chère que sa copine rayée rouge, et épuisée par-dessus le marché !). J’ai eu de quoi faire cette robe, et un petit haut à col Claudine en taille 6 ans des Intemporels pour Enfants (tome 2). Il me reste encore du tissu, je me demande si je ne vais pas réussir à rentrer le même petit haut en 2-3 ans pour Numérobis dans les chutes… affaire à suivre. Boutons de mon meilleur ami chinois, prix négligeable. Patron environ 20 euros avec les frais de port (exorbitant si vous vous voulez mon avis, et en plus il n’existe pas en pdf, franchement c’est un peu du vol).

Satisfaction ? Très bonne, j’ai déjà eu plusieurs compliments depuis ce matin (la vérité sort de la bouche des enfants), et c’est très confortable en bonus. Je vais probablement m’en refaire une, peut-être en version maxi-longue, dans un lin léger dégoté à la vente Agnès b. l’été dernier. Il faudra en revanche que je la double entièrement si je veux éviter d’avoir l’air à moitié nue !

 

 

 

Published inCoutureCouture pour moi

6 Comments

  1. Nathalie Nathalie

    Petite robe rétro très sympa, surtout avec le tissu rayé moutarde!

  2. Très jolie robe. Je partage le ras-le-bol, j’ai désactivé mon compte Instagram et ça fait du bien!

  3. liloudelaperelle liloudelaperelle

    Superbe. Cette robe me tente mais bon, pas le temps de tout coudre.

  4. Elle te va très bien ! Très sympa le jeu des rayures … Sinon le patron existe en Pdf pour 11€.

  5. Chartres Chartres

    Beau travail! Bravo…cette robe très 70’s te va a merveille ! Pour info, je suis moi aussi scandalisée du prix des patrons papier. Environ 20 e pour un patron, c’est vraiment too much ….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.