Skip to content

Les blouses de la rentrée

Cette année, en l’honneur de la rentrée des classe, j’ai décidé de coudre des blouses assorties à mes deux poulettes, en piochant ET dans mon stock de patrons, ET dans mon stock de tissu. Et si possible en n’ayant pas à courir à la mercerie pour racheter trois boutons et 2 mètres de biais, qui coûtent toujours plus cher que prévu.

Après avoir envisagé une énième version de la tunique froncée à empiècement des Intemporels pour Enfants (que j’ai dû faire une bonne douzaine de fois), j’ai décidé de changer un peu de crèmerie. J’ai donc jeté mon dévolu sur la tunique Hortensia, issue d’une vieillerie, « Mes Modèles de Couture pour Enfants » de Sophie de Luzan. Livre qui n’est plus édité, et qui, osons le mot, a un style très très BCBG. Bon moi, j’aime bien mais si vous cherchez un modèle de sweat avec des oreilles de lapin ou un sarrouel, passez votre chemin.

Minute intello, on « lit » Télérama…

Le tissu est un coton de bonne tenue, très agréable à coudre, doux sous les doigts, rapporté de notre voyage au Japon… qui date donc de 2014. Bon bon bon, il a passé un certain temps de le stock celui-là, mais mieux vaut tard que jamais non ?

En vrai, c’est plutôt ça !

En fait, petit aparté, à l’usage je me rends compte qu’en fait, j’aime presque mieux coudre très rapidement un tissu enthousiasmant que de faire dormir des beautés dans mon placard, les sortir, soupirer que je ne trouve pas le bon patron, ou que non, je vais peut-être me rater et qu’il ne vaut mieux pas tenter avec ce tissu très cher/rapporté de très loin (je ne fais jamais de toile)… Bref, le stock, c’est sympa, ça permet d’assouvir une envie de couture urgente (souvent le dimanche chez moi), mais d’un autre côté… ça fait conserver 1000 ans des merveilles, dormir des basiques qui vont avec n’importe quel patron, et surtout oublier ce qu’on a, et au final, consommer sans raison. Enfin bon, puisque le mal est fait, autant vider le placard.

Bref, la couture. Rien à signaler, une fois les deux patrons relevés (en 3 ans -extrapolé- et en 6 ans), c’est relativement rapide à faire. A refaire j’évaserais simplement la tunique depuis l’emmanchure plutôt que d’avoir cet effet tulipe juste au niveau de l’ourlet, mais c’est un petit détail qui ne se voit pas trop. Le col est de type « officier » : il est entoilé et surpiqué plusieurs fois pour lui donner de la raideur, et au moment de l’assemblage, magie, ça tient debout tout seul. 

Au final mes deux mouflettes sont contentes de leurs blouses à petits chats (et pardon pour les chaussettes bien douteuses sur les photos). Les manches sont un peu longues mais au moins ça durera toute la saison.

Coût final ? A part le billet pour Tokyo ? Environ 15 euros de tissu (j’ai utilisé 1m50 en 110 de large), boutons de je ne sais plus où qui trainaient dans la boîte, livre déjà pas mal amorti, petits bouts de Vliesline, restes de biais noir pour la bande de propreté…  je pense que je m’en sors à 8/9 € par bête.

Published inCoutureCouture pour elles

3 Comments

  1. liloudelaperelle liloudelaperelle

    Je craque..Elles sont adorables dans leurs blouses! Et en plus du tissu japonais…

  2. Nathalie Nathalie

    Les tissus coup de coeur qui dorment dans un placard… Quelle couturiere n’a pas ce travers?? En attendant, ces petites blouses sont super mignonnes et elles se mettront facilement avec beaucoup de vêtements. Il y a une grande qui ressemble tres fort à sa maman!

  3. Gabrielle Gabrielle

    Bonsoir;
    Vos petites filles sont si jolies. Ces tabliers leur vont bien : bravo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.