Skip to content

Pull grand froid (ceci est un post du 14 juillet, oui oui)

Pendant les vacances de Pâques, cherétendre et moi nous sommes envolés pour une semaine en Islande. Sans Musclette (ben oui, sinon c’est un peu moins des vacances !). Vu que LA spécialité locale c’est le tricot avec empiècement jacquard au col, je m’étais dit que je lui en rapporterais un. Mais ça, c’était avant que je constate les prix exorbitants pratiqués. Même si c’est très probablement tricoté main (mais très certainement dans un pays de l’Est), je trouve qu’une centaine d’euros pour un pull assez marqué « folklorique » et qui plus est qui ne fera qu’un hiver, c’est trop cher pour un gnome. Bref, je l’ai fait moi-même.

J’ai acheté 6 pelotes de Léttlopi d’Istex sur place : 4 de beige, 1 de corail, 1 de rouge et tricoté la taille 4 ans. Au final j’ai manqué de très peu de corail pour finir le col tel qu’il était prévu au départ et eu une pelote de trop de beige. Dans le magasin de laines (Storkurinn à Reykjavik, un vrai paradis de la laine, mais gare au porte-monnaie !), il y avait là des catalogues de modèles, mais je ne me voyais pas acheter tout un catalogue juste pour 1 patron (sachant que la veille, j’avais déjà acheté de la laine pour m’en faire un pour moi avec un patron gratuit trouvé sur Ravelry). Donc j’ai pris le nombre de pelotes moyen requis pour la taille, et le soir à l’hôtel, j’ai trouvé le modèle Frost qui se tricote dans cette laine.

Couture et tricot-4

Pull islandais et chemisier Burda-7

La construction d’un pull nordique traditionnel, c’est de bas en haut buste et manches en rond, puis on assemble le tout avec l’empiècement du haut. On laisse une huitaine de mailles en attente sous les aisselles, hop, un petit grafting (ou kitchener stitch) et tout est assemblé. J’imagine qu’avant l’invention des aiguilles circulaires, on faisait tout aux aiguilles doubles pointes : technique que je ne maîtrise pas du tout, à l’occasion il faudrait que j’essaie, mais ça me paraît très dangereux (une maille perdue me panique !).

Pull islandais et chemisier Burda-25

Pardon pour l’arrière-plan tout vilain, on déménage dans 10 jours, l’appartement ressemble à un entrepôt !

Le tricotage a été rapide : un pull pour enfant, c’est quand même plus rapide qu’un pour adulte. Ici, j’ai tricoté en 4.5 pour le corps et 3.5 pour les côtes. En une semaine c’était fait (il faut dire que j’ai dû faire un aller-retour en train dans le Sud et que le train a été très retardé au retour, 4 h coincés sur les voies ça a aidé grandement la progression !). Au lieu des aiguilles doubles, j’ai monté les manches en magic-loop. Mais ça ne change rien du tout au résultat final !

Pull islandais et chemisier Burda-23

Le jacquard du motif est plutôt simple, et à part quelques rangs où on a trois couleurs à la fois, il reste abordable. Comme ce sont des motifs géométriques, la répétition des mailles est facile à retenir.

Sauf qu’à l’essayage, impossible de faire rentrer la tête de Musclette ! Pourtant elle n’a pas hérité du grand périmètre crânien de sa môman ! Comme j’étais encore dans le train, je me suis dit pas grave, ça va s’étendre au blocage, comme pour mon bonnet BaaBle Hat. Oui mais non, toujours pas ! Les boules. Au final, j’ai enlevé mes mailles rabattues, et Môman m’a fait un rabattage ultra souple (technique trouvée sur Youtube). C’est effectivement très souple mais le bord fait moins propre que maille par maille; A voir si au lavage ça devient plus régulier.

Pull islandais et chemisier Burda-28

Bref, j’ai vaincu, et je viens d’entamer le mien. Même style mais en bleu foncé, anthracite et blanc cassé.

Budget :

  • 6 pelotes de Léttlopi (détail des coloris dans mon profil Ravelry -« clem-ciel »-) d’Istex pour 13.20 € environ (2000 ISKr). Bon à savoir, cette laine est bon marché même en France.
  • Patron Frost d’Unnur Eva Arnasdottir, 6.50 € sur Ravelry (taille du 1 au 12 ans).
  • Étiquette « tricoté par maman », en islandais SVP, pour le fun, 1 €.
  • Aiguilles Knitpro rachetées sur place pour commencer tout de suite (en métal, finalement à l’usage je préfère aux pointes bois) : 3.5, 4.5 et câble de 60 cm pour 15 € environ, mais je ne compte pas vraiment cet achat dans le budget du pull.
  • TOTAL = une petite vingtaine d’euros. Là j’aime. Si j’ai le courage j’en ferai un pour mon neveu pour Noël.

Temps passé : une vingtaine d’heures.

Satisfaction ? Je suis très contente de mon choix de couleurs, je le trouve à la fois pas trop flashy mais pas triste. Par contre, il faut savoir que la Lopi islandaise est très « rustique » : on trouve fréquemment de l’herbe dans le fil, qui tient un peu du fil mèche. Je ne suis pas du tout douillette en la matière, mais les gens normaux me disent qu’elle gratte beaucoup ! La Népal de Drops a à peu de chose près le même échantillon et est plus douce au toucher. Peut-être un bon substitut pour les cous sensibles ! En vrai, j’ai dû faire le singe pendant 5 minutes à côté du papa pour que Clémence daigne sourire/rire sur les photos. Dans la vraie vie, sa tête, c’était plutôt ça : (négociations pour sous-pull tout doux à prévoir à l’hiver).

Pull islandais et chemisier Burda-3

Published inTricot/Crochet

10 Comments

  1. Un pull superbe mais je comprends la stroumfette . Madame Triscotte est venue dans mon entreprise lorsqu’elle a démarré, présenter ses laines … des merveilles bien chaudes mais qui piquent et hautement allergisantes pour moi : gratouillis dans la gorge et les yeux rien qu’à les manipuler….alors, je me suis contentée de quoi faire un p’tit chapeau en laine à feutrer.

  2. Nathalie Nathalie

    La laine qui gratte me rappelle des souvenirs d’enfant!! En tout cas, ce petit pull est super mignon et j’aime beaucoup les couleurs choisies …

  3. Il est magnifique. Je viens de le montrer à ma poulette qui veut du coup exactement le même! « Tout pareil une maman, le dessin, les couleurs… Tout pareil! »
    Quelle frustration une encolure qui passe pas après autant d’heure de travail.

    • Cecile Cecile

      En fait, l’encolure passe très bien, c’était juste mon rabattage qui était vraiment trop serré (j’ai le défaut de tricoter un peu serré). Dans mon article sur mes chaussettes de la schtroumpfette, un des commentaires mentionne une technique pour rabattre très souplement, il faudrait que je la regarde à nouveau…

  4. Gabrielle Gabrielle

    Ce pull grand froid est vraiment très beau par les couleurs choisies et par la forme. C’est du courage de tricoter ce jacquard islandais et en plus vous allez en faire un pour vous ! Hâte de l’admirer…
    Il fait frais chez nous et la cheminée est allumée…

    • Cecile Cecile

      J’ai entamé le corps hier, il n’y a plus qu’à tricoter des mètres de jersey endroit pendant longtemps avant d’arriver à la partie amusante… Mais en mode cétacé échoué devant le poste, ça passe ! 😀

  5. isabelle isabelle

    Il est trop beau !!! Tu le fais pour grand ??? 😉

    • Cecile Cecile

      Ouep, j’ai des modèles jusqu’au XL homme. Mais par contre, la file d’attente est longue ! 😀

  6. hel62 hel62

    il est magnifique ! la népal est plus douce certes mais aucune comparaison au niveau de la chaleur… j’ai 4 pulls à mon actif avec cette laine islandaise achetée chez « triscote » et il n’y a pas plus chaud ……

    • Cecile Cecile

      C’est sûr que rien qu’à la tricoter, on attrape vite une suée. Par contre c’est vrai qu’elle a l’air bien gratouillante. Je ne crains pas du tout (moi je suis du genre la maso qui pourrait porter ça à même la peau), mais apparemment ce n’est pas le cas de la majorité des gens !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.