Skip to content

Robe Pema

Où comment j’ai cousu la parfaite robe cache-coeur.

Monty et moi, on s’est rencontrées au CSF 2015, de sinistre mémoire. Juste après le Bataclan. Je me souviens encore très bien de l’ambiance très étrange de la ville à ce moment-là et d’avoir été résolue à ne pas me terrer chez moi, mais ce n’est pas le sujet du blog.

Bref, on s’est trouvées sur le salon je ne sais plus trop comment, mais quelques temps après on était trois ou quatre à faire une folie au stand Babylock. Folie qui m’a suivie outre-Atlantique et que je ne regrette absolument pas.

L’an dernier, après s’être formée à l’institut français de la mode, Monty lance sa propre marque de patrons, Ose Patterns, avec la robe Pema. Le modèle me plaît mais à l’époque le climat se rafraîchit sérieusement et se coudre une robe portefeuille au look estival n’est pas tellement dans les projets « urgents ». Et puis là, depuis quelques jours la météo se réchauffe, les bourgeons commencent à se montrer et on a envie de se dire que c’est enfin le printemps (enfin ne crions tout de même pas victoire trop tôt, l’an dernier il a neigé le 17 mai….ô Canada !).

Un pdf plus tard (merci la photocopieuse de l’école), je taillais dans mon coupon de 3 mètres de lin lavé, coloris « bleu océan » de chez Blackbirds Fabrics.

Les ajustements sont faciles et très bien expliqués. Il y a un tutoriel vidéo mais n’étant pas friande de ce type d’instructions, je me suis contentée du livret papier et c’est bien suffisant, même si vous êtes débutant. Pour mon cas, la robe est un compromis entre trois tailles (38-40-42), et elle tombe, je trouve, plutôt bien. En grande fainéante de la toile, je n’en ai pas fait et ça s’est très bien passé.

Bronzage au top

Les finitions sont soignées, tout est expliqué au bon moment et les schémas sont bien clairs, rien à dire, ça ne fait pas explications d’amateur du tout.

Mon bouton n’est pas parfait mais c’est le seul avec le diamètre adéquat et une couleur proche de mon stock. J’ai également remplacé l’agrafe plate par un grand -mais très peu épais- pression à coudre que j’ai retrouvé dans mon lot de boutons de rechange.

Au final, je trouve la robe réussie, j’aime beaucoup sa couleur. Le cache-coeur ne s’ouvre pas du tout et reste bien en place malgré la fixation sommaire (Pema ne ferme qu’avec deux boutons). Je me tâte à la refaire à l’identique en noir pour pouvoir sortir des accessoires très colorés avec. Peut-être avec les manches pour faire face à la clim en été qui vous gèle jusqu’aux os.

Il me reste une chute acceptable de tissu, je devrais réussir à faire rentrer un short en 6 ans dedans, affaire à suivre.

Published inCoutureCouture pour moi

One Comment

  1. Très jolie robe cache-coeur. Tu es toute belle pour préparer le printemps.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.